Clicky

Test du Canon EOS 1300D : Simple et réactif

Canon, avec son 1300D, met à jour son reflex familial d’entrée de gamme à moins de 400 €. J’attendais ce boîtier pour pouvoir le tester car, sur le papier, il ne semble être qu’une pâle copie du 1200D sorti il y a deux ans.

Et en effet, à la lecture de la fiche technique, on a l’impression que ce « nouveau » boîtier est aussi sorti il y a deux ans ! Cela reste néanmoins un bon produit pour qui veut débuter dans le monde du reflex, allons donc voir ce qu’il donne en test.

7.5 Total Score
Simple et réactif

Le Reflex Canon EOS 1300D est un appareil photo qui conviendra aussi bien aux débutants qu'aux utilisateurs intermédiaires qui veulent s'améliorer en photographie. Sa simplicité d'utilisation et sa réactivité vous permettra de prendre des clichés sur l'instant pour capturer toute la force d'un instant de vie.

Prise en main
8.5
Qualité des photos
8
Fonctionnalités
7
Rapidité
9.5
Vidéo et son
4.5

Capteur : CMOS APS-C (x1.6) de 18.7 Mpx

Écran : 7.5 cm, Super LCD, 920000 points, 4/3, non tactile

Plage ISO : 100-6400 ISO

Vidéo : Full HD en 30 i/s

Connectique : USB 2.0, HDMI, prise télécommande, Wi-Fi

Processeur : Digic 4+

Dimensions : 101,3 x 129 x 776 mm

Poids avec batterie : 733 g

Prix boîtier nu : 339,00 €

Le test

Présentation :

Entrée de gamme ne veut pas dire bas de gamme et Canon l’a bien compris car la construction de l’EOS 1300D est sérieuse. J’aime bien le revêtement légèrement texturé et de bonne qualité ; la poignée, creusée juste comme il faut, offre une bonne tenue en main (et j’ai de grandes mains !). La fiche technique, en revanche, est très basique pour ne pas dire sommaire et même si la définition du capteur est plus élevée, on n’aura qu’un écran fixe non orientable. On notera qu’on passe sur le « nouveau » processeur Digic 4+ présenté comme étant plus rapide de 60% par rapport au DIgic 4 de l’EOS 1200D.

Prise en mains :

Voilà un boîtier rassurant qui ne perdra pas son utilisateur dans les excès de commandes en tous genres (c’est le moins qu’on puisse dire !). Le fonctionnement de l’EOS 1300D se révèle très silencieux et l’obturateur se montre particulièrement discret avec un joli bruit souple lors de l’amortissement du miroir.

Les menus bien lisibles et bien hiérarchisés offrent, comme dit précédemment, le strict minimum au risque de perdre certaines fonctionnalités pourtant utiles. De plus il faudra renoncer aux assistances de mise au point manuelle et se contenter de réglages réduits à leur plus simple expression.

En clair, on se retrouve avec un très gros compact qui se cache dans la peau d’un reflex à objectifs interchangeables.

L’écran conserve sa diagonale de 7,5 cm mais sa double définition, passant à 920 000 points lui permet de rentrer dans les clous. En revanche, il n’est ni tactile, ni orientable, ce qui est bien dommage puisque Canon maitrise à la perfection ces deux technologies. Le viseur optique est plutôt propre mais on ne peut pas dire qu’il brille par sa luminosité et sa précision. En effet, Canon ne propose toujours pas de viseurs à 100% mais seulement 95% ce qui signifie que, lorsque vous prendrez une photo, celle-ci sera légèrement plus large que ce que vous aurez cadré.

La connectique est, elle aussi, réduite au trio USB 2.0, HDMI et prise télécommande. La grande nouveauté réside donc dans l’apparition du Wi-Fi qui permet ainsi de piloter l’appareil depuis un smartphone (IOS ou Android) via l’application Canon Camera Connect.

Les possibilités de réglages sur ce boîtier sont… simples. Décidément ça devient un vrai leitmotiv ! Mais on doit lui reconnaitre que c’est suffisant, notamment pour des débutants.

Choix de la zone de mise au point, choix de la sensibilité, correction de l’exposition, sélection de la cadence des prises de vue, type de mise au point automatique qu’il est même possible de modifier manuellement ! Mais j’ai vite déchanté car celle-ci est poussive et peu précise et, pour la mise au point manuelle, le rendu ne s’affiche pas en temps réel : il faut attendre que la photo soit capturée pour voir si le changement a été effectué ! Ce qui rend la chose peu conviviale et peu intuitive.

Qualité des images :

Avant de parler de la qualité, juste un petit point sur sa réactivité car on se dit qu’avec le processeur Digic 4+, le 1300D devrait s’en sortir nettement mieux que son petit frère, sauf qu’avec le bon vieux module AF à 9 collimateurs, les progrès s’avèrent quasi nuls ! Bon, ce n’est pas très grave car sur ce point le 1200D était déjà un petit reflex très vif et on retrouve ici une rafale à 3 images par seconde, tout en gardant à l’esprit qu’en mode RAW, le buffer va saturer dès la quatrième image.

Et le LiveView, permettant de cadrer via le smartphone, ne fait guère mieux en termes de réactivité car, même si on met 2 secondes de moins que le 1200D pour enchainer 2 images, il faudra tout de même presque 3 secondes pour enchaîner 2 images ! De même l’autofocus met en moyenne 2 secondes pour trouver le point et déclencher.

Avec le processeur Digic 4+, bien rodé, et un capteur CMOS APS-C à 18 Mpx, le 1300D veut assurer ses arrières et éviter les mauvaises surprises. Et on doit reconnaitre qu’au niveau qualité d’image, il assure quand même et s’en sort avec les honneurs au vu des outils qu’on lui a donnés.

Ainsi le EOS 1300D grimpe sans rechigner jusqu’à 1600 ISO et même en le poussant à 6400 ISO, ça reste plaisant. Alors, bien sûr, les détails fins sont lissés et un léger bruit vient perturber l’ambiance mais un petit passage dans le développeur RAW et ces légers désagréments seront vite oubliés.

Enfin, le rendu colorimétrique se révèle bien plus juste que précédemment, sans saturation criarde. La gestion des contrastes est plus naturelle, les aberrations chromatiques sont bien maitrisées et même si une déformation au grand angle apparait, celle-ci s’estompe rapidement.

Vidéo :

Là, c’est le drame ! En effet si jusque-là il se montrait tout de même digne d’intérêt, il manque furieusement d’ambition vidéo. Ce n’est pas tant le fait qu’il se contente de Full HD en 30p qui déçoit, ni l’absence de mode PSAM ou l’impossibilité de photographier en même temps qu’on filme, mais plutôt sa prestation dans la globalité. L’image manque clairement de détails, la captation sonore est d’un plat lassant (par contre, il enregistre très bien les cliquetis de la molette ou des boutons !) Et que dire de l’autofocus ? Inexistant ! Et ce n’est pas la mise au point manuelle qui pourra vous aider puisque j’ai eu beau tourner la bague de mise au point, rien ne se passait !

Conclusion :

Si l’EOS 1300D n’est pas un foudre de guerre, l’essentiel est assuré : simplicité d’utilisation, bonne réactivité et bonne qualité d’image. De quoi démarrer en douceur avec une valeur sûre, mais vous atteindrez vite ses limites. Et sachant que pour à peine 80 € de plus, on a au choix un Olympus Pen E-PL7 ou un Panasonic Lumix GF7, tout à la fois plus complets et plus performants (jusqu’à 8 i/s en rafale et avec des modes vidéos à 60i/s par exemple), le choix du Canon EOS 1300D demande vraiment réflexion !

7.5 Total Score
Simple et réactif

Le Reflex Canon EOS 1300D est un appareil photo qui conviendra aussi bien aux débutants qu'aux utilisateurs intermédiaires qui veulent s'améliorer en photographie. Sa simplicité d'utilisation et sa réactivité vous permettra de prendre des clichés sur l'instant pour capturer toute la force d'un instant de vie.

Prise en main
8.5
Qualité des photos
8
Fonctionnalités
7
Rapidité
9.5
Vidéo et son
4.5

Points forts :

  • Simplicité d’utilisation
  • Bonne réactivité
  • Bonne qualité d’image
  • Wi-Fi et NFC

Points faibles :

  • Pas d’écran tactile et orientable
  • Pas de visée à 100%
  • Pas d’assistance à la mise au point manuelle
  • Vidéo très moyenne
  • Pas d’autofocus en vidéo
  • LiveView poussif